K Switzerland Low Volatility Index

Investir en permanence dans les 20 entreprises les plus stables de Suisse

 

PERLES sur l'indice K Switzerland Low Volatility Index

I. Moins de fluctuations des cours

Depuis les années 1960, l'idée que les perspectives de gain diminuent parallèlement au risque domine dans les sciences économiques. Or, l'émergence des stratégies Smart Beta remet progressivement en question cette théorie. Des études ont montré qu'il est possible de surperformer le marché en réduisant les risques.* Le K Switzerland Low Volatility Index applique cette méthode au marché d'actions suisse. Pour ce faire, l'indice adopte une stratégie low-volatility. Il sélectionne chaque mois les 20 titres aux plus faibles fluctuations de cours parmi les 300 actions les plus fortement capitalisées de Suisse. Ce procédé peut contribuer pour une large part à apaiser un portefeuille, surtout en période de turbulences boursières.

II. La pondération efficace

Le Smart Beta désigne des stratégies de placement transparentes, fondées sur des règles, dans lesquelles les titres de l'indice sont pondérés selon divers critères, dont les dividendes, le rapport cours/bénéfice, l'équipondération, les taux de croissance ou la faible volatilité. L'étude Smart Beta publiée en novembre 2015 par la Cass Business School montre en effet que huit critères de pondération non conventionnels ont obtenu de meilleurs résultats que l'indice de référence, dont les titres sont pondérés en fonction de leur capitalisation, entre janvier 1969 et décembre 2014. Parmi les huit méthodes de pondération étudiées, la stratégie low-volatility affiche le plus haut rendement ajusté du risque.*

III. Stabilité sur le marché d'actions suisse

L'analyse historique du K Switzerland Low Volatility NTR Index depuis début février 2006 montre clairement que la stratégie Low Volatility fonctionne en Suisse. Non seulement la volatilité de l'indice est – comme on s'y attendait – plus faible que celle du SMITM, mais le rendement moyen de 7,0% par an est deux fois plus élevé que celui de l'indice directeur suisse. Il en résulte un ratio de Sharpe ‒ rapport entre le rendement et le risque encouru ‒ considérable de 0,47. Conclusion: sur le marché d'actions suisse aussi, le calme fait la force.

*Source: Cass Business School, "Smart Beta", Novembre 2015.

  • Opportunités & Risques