Produits à effet de levier avec knock-out

 



Aperçu

Warrant avec Knock-Out (2200)

Mini-Future (2210)
 


 

UBS Turbo Warrant

SVSP: Warrant avec Knock-Out (2200)

Payoff diagramm UBS Turbo Warrant (Warrant mit Knock-Out)

Le nom des UBS Turbo Warrants, aussi appelés «turbos», annonce la couleur: il s'agit d'instruments de placement qui permettent aux investisseurs prêts à prendre des risques de «mettre le turbo» et d'accroître notablement leur potentiel de rendement. Les call turbos misent sur une hausse du cours de la valeur sous-jacente (par ex. actions, indices, couples de monnaies, taux d'intérêt, matières premières), les put turbos sur sa baisse. Pendant la durée, le strike des call turbos est inférieur au cours de la valeur sous-jacente, celui des put turbos lui est supérieur.

Comparés aux vanilla warrants, les turbos sont moins coûteux et produisent donc un effet de levier plus important. Mais la possibilité d'un rendement accru est compensée par un risque accru. En effet, le strike fait aussi office de stop-loss et est donc également appelé barrière knock-out. Cette barrière ne doit pas être atteinte ou franchie. Dans le cas d'un turbo call warrant, qui mise sur une hausse du cours, le produit expire immédiatement sans valeur dès que le cours de la valeur sous-jacente atteint ou franchit cette barrière à la baisse. Dans le cas d'un turbo put warrant, qui mise sur des marchés en baisse, c'est l'inverse: le produit expire sans valeur dès que le cours de la valeur sous-jacente atteint ou franchit cette barrière à la hausse. En d'autres termes, le franchissement de la barrière équivaut pour les turbos UBS à une perte totale du capital investi.

Les investisseurs doivent en outre tenir compte du risque inhérent à l'émetteur car, en cas d'insolvabilité d'UBS SA – indépendamment de l'évolution de la valeur sous-jacente et des autres paramètres du marché –, ils peuvent perdre le capital investi.

Retour haut de page


 

UBS Mini-Future

SVSP: Mini-Future (2210)

Payoff diagramm UBS Mini-Future (Mini-Future)

La performance d'un UBS Mini-Future est relativement facile à comprendre, car il évolue plus ou moins au même rythme que la valeur sous-jacente. Les investisseurs prêts à prendre des risques peuvent miser avec des UBS Mini-Futures long sur une hausse du cours de la valeur sous-jacente (par ex. actions, indices, couples de monnaies, taux d'intérêt, matières premières), et avec des Mini-Futures short sur une baisse de cours. Comme les investisseurs eux-mêmes ne financent qu'une part infime de la valeur sous-jacente, il en résulte un effet de levier. Le reste du montant, le niveau de financement, est pris en charge par UBS, banque émettrice de l'instrument. Par conséquent, si la valeur sous-jacente augmente fortement dans le cas d'un Mini-Future long, les investisseurs en bénéficient de façon plus que proportionnelle. Plus la part de financement est élevée, plus l'effet de levier est important.

Or, il est bien connu qu'un tiers prêteur entend être rémunéré. L'émetteur impute le coût du financement à l'investisseur en ajustant quotidiennement le niveau de financement. Comme leur nom l'indique, les Mini-Futures agissent comme des opérations à terme standardisées (c'est-à-dire des futures), si ce n'est que leur durée n'est pas limitée. Autre différence de taille avec les futures classiques: dans le cas des UBS Mini-Futures, les investisseurs n'ont jamais à effectuer de versements supplémentaires. En effet, ces instruments disposent d'un mécanisme automatique de limitation des pertes: le «stop-loss». Si la valeur sous-jacente n'évolue pas dans le sens souhaité et atteint le stop-loss, le Mini-Future expire avec effet immédiat. L'émetteur calcule alors la valeur résiduelle et la verse à l'investisseur si elle est positive. Le stop-loss est légèrement supérieur au niveau de financement dans le cas d'un Mini-Future long et légèrement inférieur dans le cas d'un Mini-Future short. Les stop-loss limitent ainsi le risque et évitent une obligation d'effectuer des versements supplémentaires. Si le cours de la valeur de base atteint ou franchit à la hausse le stop-loss, il faut s'attendre à une perte importante, voire totale du capital investi.

Les investisseurs doivent en outre tenir compte du risque inhérent à l'émetteur car, en cas d'insolvabilité d'UBS SA – indépendamment de l'évolution de la valeur sous-jacente et des autres paramètres de marché –, ils peuvent perdre le capital investi.

Retour haut de page